vendredi 22 février



Samedi 23 février au lundi 25 février 2019

Les bases (bioénergie et magnétisme)

-- en savoir plus --

Vendredi 15 mars au dimanche 17 mars 2019

Perfectionnement, plan Causal et Spirituel

-- en savoir plus --

Lundi 18 mars au mercredi 20 mars 2019

Approfondissement de la pratique

-- en savoir plus --

Jeudi 21 mars au samedi 23 mars 2019

Module 1: Les voi(x)(es) Célestes

-- en savoir plus --

Dimanche 24 mars au lundi 25 mars 2019

Devenir guérisseur

-- en savoir plus --

Recevez la lettre d'information saisonnière




Pierre BEYER:

BIOENERGETICIEN


GEOBIOLOGUE


ENSEIGNANT

Le discernement


Un outil au service de l'amour, de la paix et de la santé



Qui sommes-nous ?
Une cellule vivante observée au microscope bouge. Une cellule morte ne bouge pas.
Question : « Qu’est-ce qui fait bouger la cellule ? »
Réponse : « La Vie ».


La Vie anime la cellule. Le mot « anima » qui signifie l’âme vient du mot animer qui signifie mouvement. Ce qui anime notre cellule pourrait donc être décrit par plusieurs mots : la Vie, le mouvement, ou l’âme. D’autres mots décrivent ce qui fait bouger nos cellules sous un autre angle : l’énergie, Dieu, l’Amour, la Joie. Dieu serait l’intelligence qui a pour fonction de faire régner l’harmonie dans notre corps, c’est-à-dire la santé.
Sommes-nous la membrane cellulaire qui est animée, ou ce qui anime cette membrane ?
Sommes nous le corps (mortel, limité, impuissant) ou l’âme (d’essence divine, donc illimitée, immortelle, omnisciente, omnipotente) ?
La marionnette ou le marionnettiste ?
La voiture ou le chauffeur de la voiture ?



Les expériences de personnes revenant d’une mort clinique (NDE) sont assez parlantes dans ce sens. Des millions d’êtres humains croient en la réincarnation, et en ont fait l’expérience. Savez-vous que la réincarnation faisait partie du dogme catholique avant le concile de Nicée ? Le premier concile œcuménique se tint à Nicée (en turc ?znik, Turquie actuelle) en 325. Il eut pour objectif principal de définir l'orthodoxie de la foi, suite à la controverse soulevée par Arius sur la nature du Christ.


Bref, l'idée que l'âme continue de vivre après la mort du corps physique n'est peut-être pas aussi éloignée de la réalité. Si l’âme continue d’exister lorsque le corps est mort, alors nous sommes l’âme d'essence divine, donc Dieu, comme tout ce qui est vivant. Tout ce qui est vivant et qui bouge serait donc une expression de la Vie, c’est-à-dire de Dieu. Telle serait notre véritable identité.


Vie, liberté, amour, santé et système parasympathique


D’autre part la cellule a une conscience. Si je prélève quelques cellules de mon organisme et les mets dans un milieu de culture, je peux constater que si je les aime (sentir leurs besoins pour les combler et sentir leurs limites pour les respecter), elles vont s’ouvrir. Lorsqu’elles s’ouvrent, s’épanouissent, ou s’expansent, la surface de contact entre le milieu intracellulaire et le milieu extra-cellulaire augmente, permettant à cette cellule de recevoir les aliments et d'évacuer ses déchets, de communiquer, c’est-à-dire de vivre pleinement.


Bref lorsque la porte cellulaire est grande ouverte, l’âme, Dieu ou l’énergie qui se trouvent à l'intérieur de la cellule peuvent communiquer et rayonner vers l’extérieur. Si notre âme rayonne vers l’extérieur, alors nous pouvons la sentir, c’est-à-dire sentir qui nous sommes : l'âme, l'amour, la joie. Nous passons d’une idée intellectuelle sur notre identité à une expérience corporelle sensible. Cette expérience nous aide à construire la foi dans notre véritable identité, donc dans le fait que nous sommes dignes de respect et d’amour.


Dans ce cas la cellule, donc les organes fonctionnent au maximum de leurs capacités. Cela pourrait s’appeler la santé. Nous vivons pleinement dans le partage, le plaisir, la joie, la paix et l’amour. Dans notre organisme, c’est le système nerveux autonome parasympathique qui a pour fonction d’ouvrir nos cellules.


Survie, conditionnement, maladie(u) et système orthosympathique


Si je manque de respect à ces cellules prélevées, en rajoutant quelques gouttes d’acide dans ce milieu de culture, elles ont conscience du danger et se ferment pour se protéger et sauver leur vie. Lorsque la cellule se ferme, elle enferme à l’intérieur d’elle-même : la Vie, le mouvement, l’âme, l’énergie, Dieu, l’Amour, la Joie. Elle est devenue le coffre-fort dans lequel est emprisonnée l’âme ou Dieu. Cette intelligence d’harmonie et de santé est enfermée dans la cellule, et ne peut donc plus faire son travail. La surface de contact entre le milieu intérieur et le milieu extérieur diminue ainsi que les échanges. La porte cellulaire est fermée, et cette cellule ne vit plus pleinement mais se contente de survivre, et fonctionne au minimum. Si toutes les cellules d’un organe sont fermées, cet organe ne fonctionne plus que partiellement voire plus du tout.


Être en survie un court moment pour faire face à un danger ponctuel et limité dans le temps est une adaptation physiologique qui permet de survivre pendant la durée du danger, puis de s'ouvrir à nouveau et vivre pleinement dès que ce danger est passé.
Être en survie de manière prolongée est une tout autre chose. Le conditionnement nous soumet continuellement à des menaces qui génèrent des peurs et un stress permanent. Nos cellules sont de plus en plus fermées, durant des périodes de plus en plus prolongées, et Dieu est de plus en plus pieds et poings liés. Dieu souffre puisqu’il est enfermé et ne peut plus remplir sa fonction. D’où l’apparition du « mal à Dieu », et des pathologies qui en découlent. Cette fermeture à long terme peut donc entraîner la maladie voire mort.
Dans notre organisme, c’est le système nerveux autonome orthosympathique qui a pour fonction de fermer nos cellules. Dès qu’il y a danger, ce système stimule la sécrétion d’adrénaline dans tout notre corps, fermant nos cellules, et nous maintenant dans un fonctionnement de guerre. Les muscles se contractent, et nous sommes prêts à fuir ou à nous battre pour sauver notre vie.


La médecine d’un tyran


Si j’étais un tyran intelligent, je vous maintiendrais dans un état de peur et de stress permanent pour enfermer votre âme en permanence. Je supprimerais le « u » pour que « maladieu » devienne « maladie », afin que vous ne sachiez pas que vous êtes Dieu. Je préférerais que vous pensiez être assez nul donc indigne de respect et d’amour, conditions indispensables pour que vous acceptiez d’être mes esclaves. Il y aurait donc une seule « maladieu » : la fermeture de nos cellules, et cette seule maladie entraîneraient la quasi-totalité des pathologies connues actuellement. Si j’étais un tyran intelligent, je demanderais à mes « médecins esclaves » de fermer vos cellules pour que vous ignoriez votre véritable identité, et d’anesthésier la souffrance qu’entraînent votre esclavage et l’enfermement de votre âme (les pathologies) afin que vous puissiez continuer à produire du travail pour moi.


Une médecine d’amour


Si par contre je suis dans le respect et l’amour, je comprends, à la lumière de ce qui précède, que la manière la plus efficace d’aider un être en souffrance est d’ouvrir ses cellules pour libérer son âme, et ainsi laisser Dieu rétablir l’harmonie et la santé dans son corps. Il reprendrait ainsi conscience de sa véritable identité, se libérerait de son esclavage et redeviendrait souverain pour co créer un monde tout autre.
Cette compréhension cellulaire de qui nous sommes peut déjà nous aider à comprendre :
- Qu'est ce qu'un acte d'amour ?
- Qu'est ce qu'une médecine d'amour ?
La réponse devient claire :
C'est ouvrir les cellules et libérer l'âme qui œuvre à la santé et au bien être.




Pierre BEYER


Lieu dit "LE GRAZO"


56250 ELVEN

.

Mail: contact@adn35.fr


Tel:06.80.67.16.25


N° de Siret: 44830525000020


-- Sur le Site adn35.fr, Le Design, les Images et la Musique à été créer par Pierre BEYER -- Copyright --